desert therapeute charlotte guignard passage.jpg

Les passages

Image de Jeremy Bishop

quelle définition ?

L'étymologie du mot remonte au latin passus qui veut dire « pas » et renvoie au mouvement, à l'action de traverser un espace.

Un passage est donc un chemin, réel ou symbolique, que l’on emprunte pour passer d’un point à un autre.

 

Il existe différents passages. Il y a le passage sur Terre, ce passage dont le point de départ est la naissance et le point d’arrivée la mort (pour peut-être ensuite renaitre ailleurs, autrement ?! Qui sait !) Il y a également les passages de vie qui peuvent être des épreuves ou des bénédictions, des passages subis ou des passages choisis. Et enfin il y a ce que j’appelle les passages intérieurs : ce sont ces chemins que l’on emprunte pour passer d’un état intérieur à un autre, quitter une facette de nous-même pour en voir renaitre une nouvelle.

 

Les passages sont un moment dans la vie où quelque chose se retire, quelque chose part, quelque chose meurt.

désert

" Prenons conscience d'être impliqué dans quelque chose de bien plus grand que nous. "
(Sobonfu Somé)

à quoi devraient  servir les passages ?

Les passages, s’ils étaient abordés de manière sacrée, ritualisée et initiatique, devraient servir à nous faire germer, à nous faire fructifier, à nous faire « grandir », à nous faire devenir adultes, mûr et verticalisés. Autrement dit les passages devraient nous servir à mourir et renaitre, transformés et grandis.

jhdjfjdbd.jpg

Malheureusement, dans nos sociétés nous avons perdu cette façon d’aborder les passages. Ces derniers ne produisent donc plus de fruits. « Notre société par esquive de l’initiation, est une société d’enfants sans nom, qui génère à son tour d’autres enfants à leur tour malheureux et sans nom. Esquivée, l’initiation qui avait pour objectif de faire vivre la fantastique aventure du voyage intérieur où les climats et les topographies de l’être se dévoilaient peu à peu, fait place aujourd’hui à un sédentarisme de l’âme, dans lequel celle-ci s’ensommeille et oublie. »(P.Y Albrecht)

désert

" Toutes les traditions font voix commune pour confirmer que chaque humain n'est humain qu'à condition de renaitre une deuxième fois, puis une troisième fois : pour cela, l'individu homme ou femme, est appelé à une métamorphose digne de celle de la chenille en chrysalide, puis en papillon. "

(P.Y Albrecht)

mon souhait

J’ai à cœur de remettre du Sacré dans les passages que vivent les femmes pour que ces derniers produisent du fruit, de la Vie et un Feu Sacré.

Je souhaite voir autant de femmes que possible se relier à la dimension sacrée de la Vie en elles et autour d’elles, l’honorer et en prendre soin.

Cercle_juillet_2019.jpg

ma GRATITUDE

photo inspirateurs.jpg

Je n'aurais pas pu écrire les lignes ci-dessus si je n’avais pas rencontré sur mon chemin des personnes qui m’ont initiée et fait grandir. Alors je remercie ici les femmes et les hommes qui m’ont fermement guidée, celles et ceux qui m'ont transmis leurs enseignements et celles et ceux qui m'inspirent : Olivier et Sandrine Neveu, Annie Gillot, Christian et Martine Pilastre, Annick de Souzenelle, Pierre-Yves Albrecht, Joanna Macy et Azul Thomé.

MERCI DU COEUR !

désert

" Il est très facile de se perdre dans le monde profane et d'oublier notre connexion à l'esprit. Et pourtant, sans ce lien, nous ne sommes que des morts vivants. "
(Sobonfu Somé)